Cours de musique : les bases de l’enregistrement analogique

Si vous, en tant que producteur ou artiste, souhaitez enregistrer quelque chose avec plusieurs musiciens en même temps, vous devrez tôt ou tard faire affaire avec un studio de musique. Un studio de musique est spécialement équipé pour fournir une acoustique optimale pour un enregistrement audio. Contrairement à un home studio, aucune dépense n’a été épargnée pour enregistrer le son des instruments ou des chanteurs de la manière la plus correcte et la plus cohérente possible.
Un bon enregistrement commence à la source.
Cela ressemble à une porte ouverte, mais le dicton existe pour une raison. Les chanteurs ou les instrumentistes ont besoin d’être échauffés et détendus pour performer à leur meilleur niveau. Les instruments, des pianos à queue aux guitares, doivent être accordés. Même un kit de batterie doit être accordé pour correspondre au kit avec la piste.
Acoustique
De nombreux studios ont des murs et des plafonds asymétriques. Cela permet d’éviter les réflexions et l’accumulation de basses fréquences. Les angles à 90 degrés sont souvent remplis de pièges à basses. Les murs ont également souvent des panneaux acoustiques spéciaux ou un traitement acoustique pour réduire les réflexions et obtenir la restitution sonore la plus pure possible. Certains studios plus grands ont différents endroits dans leur studio pour soit un son plus vivant avec plus de réflexions, soit une impasse, où le son sera le plus sec possible pour un enregistrement propre. Le placement de l’instrument est important pour le son final.
Sélection et placement du microphone
Un bon studio possède une collection de microphones haut de gamme que le producteur ou le studio n’aura jamais. Micros à large diaphragme, micros à lampes, micros à ruban. Tous les microphones avec leur propre son et caractère. Il est important d’avoir une bonne idée de la façon dont la piste sonnera éventuellement. Avec la sélection du microphone, vous pouvez déjà diriger l’instrument dans une certaine direction.
Peut-être encore plus important que le choix du microphone est la façon dont ils sont placés. Il est souvent utile de se tenir à côté de l’instrument lorsque le musicien joue dessus. Là où cela sonne le mieux pour vous, il en sera de même pour un microphone.
Rapprochez-vous pour un son proche du micro, ou reculez-vous pour mieux entendre l’acoustique du studio.
Patching et flux de signal
Les grands studios utilisent généralement des panneaux de brassage. Via ces panneaux, vous pouvez déterminer où va le signal enregistré. Vous pouvez envoyer le signal directement à la console, mais vous pouvez également choisir d’utiliser des préamplis externes ou des équipements externes tels que des compresseurs.
Console
Avant que le son n’arrive sur l’ordinateur du studio, il doit passer par la console. La console a sa propre section d’effets et de contrôle, des préamplis aux gates, compresseurs et égaliseurs. Avec le préampli, vous déterminez à quel point le signal entrera dans la console. Vous pouvez utiliser des préamplis de haute qualité pour colorer le signal. Pour ce faire, augmentez le gain afin que les préamplis saturent légèrement le signal. Avec les gates, les compresseurs et les égaliseurs, vous pouvez éditer le son avant de l’enregistrer. Souvent, vous essayez de garder les choix subtils, car il n’y a aucune possibilité de revenir en arrière une fois enregistré.
Et alors
Lorsque la piste est enfin enregistrée, le travail réel sur la piste n’a pas encore commencé. Vous vous êtes assuré que le son source a été transféré au DAW de la meilleure façon possible. C’est maintenant au producteur ou à l’ingénieur de mixage d’en faire un morceau.

Songwriting – Arranger une chanson pop

Les bonnes chansons pop sont faciles à écouter et semblent parfois très simples, mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Écrire une bonne chanson pop n’est pas si facile. C’est vraiment un art de rendre une chanson « facile ». C’est la bonne combinaison de paroles, de crochets et de production.
texte
Inutile de dire que des paroles bien écrites sont nécessaires pour arriver à une bonne chanson pop, tout le monde comprend cela. Mais comment l’écris-tu ? Tout d’abord, il est important d’écrire dans une langue avec laquelle vous vous sentez à l’aise. Ne pas savoir quoi dire est extrêmement ennuyeux. Par exemple, si vous voulez vraiment écrire une chanson en français, mais que vous ne maîtrisez pas encore la langue, vous pourriez d’abord envisager d’écrire les paroles dans votre langue maternelle. Une fois les bases en place, vous pouvez essayer de le retraduire en français.
De plus, ce n’est pas un luxe superflu d’éviter les clichés. Ce sont des choses que vous avez trop entendues dans les chansons, si vous commencez aussi à les utiliser, les gens peuvent vite s’en lasser. Alors, assurez-vous que vous êtes original. Avez-vous des problèmes avec ça? Ensuite, lisez les trucs et astuces dans l’article sur les « Paroles ».
crochets
Les crochets sont des parties spécifiques d’une chanson qui continuent de hanter l’esprit de l’auditeur et les empêchent d’oublier facilement la chanson. Les crochets peuvent être différentes choses, des trucs lyriques, des délices mélodiques, des rythmes reconnaissables ou des productions innovantes.
Un crochet lyrique est parfois appelé un « slogan ». C’est un mot ou une phrase dans le refrain qui ressort souvent. Il peut être répété tout au long du refrain, ou simplement fermer le refrain à la fin. Vous retrouvez régulièrement ce « slogan » comme titre de la chanson.
D’autres types de crochets incluent le solo de batterie de Phil Collins dans « In The Air Tonight » ou le piano dans « Angels » de Robbie Williams. Les crochets ne doivent pas nécessairement être cachés dans les paroles ou le chant.
Réalisation et agencement
Lorsque vous écrivez une chanson (pop), vous devez bien réfléchir à la structure. La structure la plus utilisée est « Couplet – Pré – Refrain – Couplet 2 – Pré 2 – Refrain 2 », suivi éventuellement d’un pont et d’un refrain de clôture.
De nos jours, vous n’entendez pas beaucoup d’intros, et s’il y en a une, elle est très courte. L’expérience montre que le consommateur d’aujourd’hui n’a plus la patience d’écouter l’intro et passe souvent à la chanson suivante si cela prend trop de temps. Alors, faites vite votre point de vue. On dit aussi souvent : ‘ne nous ennuie pas, mets-toi au refrain’.

Article in the Entertainment Business Magazine

 

Traduction :

Wisseloord Academy

à la recherche de la connexion française

 

Les premiers cours de la Wisseloord Academy ont eu lieu en septembre 2020.

Après tout juste deux ans, ce vivier de talents est là pour rester. En effet, en septembre de cette année, Wisseloord ouvrira une antenne de son académie à Paris. Entretien avec l’initiateur, PDG de Wisseloord.

Par : Marcel Debets

La branche d’Hilversum de la Wisseloord Academy est déjà un grand succès. « En seulement deux ans, l’Académie a prouvé son droit d’exister », affirme Malik Berrabah.

Et a-t-il obtenu ce qu’il espérait ? « Absolument ! J’espérais un vivier créatif et un lieu de rassemblement pour les talents, et tout s’est réalisé. Nous ne parlons jamais « d’étudiants », mais toujours de « participants ». Quelqu’un peut se développer dans une matière, tout en enseignant dans une autre matière. Ces rôles peuvent parfois être assez fluides”.

Paris

Cela a tout à voir avec la façon dont l’académie est mise en place.

« Quand des artistes à succès comme Waylon, Bizzey ou Ronnie Flex viennent enseigner ou quand des producteurs viennent faire des masterclasses, l’impact ne s’arrête pas au cours. Ils rencontrent les participants, parfois encore « en formation » et cela peut déboucher sur des collaborations« , explique M. Berrabah.

Le curriculum est créé sous forme de menu à la carte ou chaque élève peut décider de son propre cours en fonction de ses besoins et de son style musical.

Le lundi est le jour des cours de création comme la composition, le travail des textes, l’harmonie, l’arrangement. “Nous travaillons toujours de façon très pratique, comme dans les vraies sessions de studio. Nous ne sommes pas une école traditionnelle mais un vrai collectif de professionnels actifs au niveau international et nous partageons notre savoir ” dit M. Berrabah.

Les mercredis, les participants de différentes disciplines – écriture, production, mixage – apprennent à se connaître, partagent leurs compétences et, s’ils le souhaitent, peuvent commencer à créer des projets musicaux communs.

Les samedis sont dédiés à la production et au développement des projets vers la scène.

La plupart des participants sont jeunes, entre 17 et 24 ans, mais il y a aussi des talents plus âgés, avec ou sans emploi à côté. Un tiers des étudiants viennent de l’étranger et cela a fait réfléchir Berrabah.

« J’en ai parlé avec des acteurs de l’industrie musicale – éditeurs, maisons de disques – et c’est ainsi que je suis entré en contact avec Pierre Guimard qui a un tout nouveau studio à Paris, l’Artistic Palace, et avec Julien Cholewa, directeur du centre culturel La Place. J’ai aussi également contacté des dizaines d’auteurs compositeurs et producteurs à succès ainsi que des professionnels du milieu. Après des mois de travail, cela a conduit à la création de la Wisseloord Academy Paris”.

Lorsque l’Académie démarrera à Paris, le plan est d’avoir des cours partiellement alternés dans les deux pays. « C’est seulement à trois heures et demie de train », explique Berrabah. « Et même si nous en sommes juste au début, l’intérêt est déjà assez important. Il ne s’agit pas d’un jour ici et d’un jour là-bas”, dit-il. « Nous travaillons sur des programmes d’échange afin de créer une vraie synergie entre les 2 pays. C’est assez facile à Hilversum, car nous avons ici des logements pour accueillir les participants”. M. Berrabah est convaincu que les deux académies bénéficieront beaucoup l’une de l’autre. « Et qui sait, nous ferons peut-être la même chose plus tard dans d’autres pays. »

Lars Koehoorn : « Je peux maintenant me concentrer pleinement sur la musique »

Lars Koehoorn a suivi une formation préliminaire au Conservatoire Prince Claus, mais ce n’était pas tout à fait ce à quoi il s’attendait. « Au conservatoire, on passait trop de temps à faire de la théorie, et pas assez de temps à faire de la musique ». Il est donc très heureux que Wisseloord soit venue sur son chemin tout juste après sa participation aux finales de The Voice.

« Pendant les cours, je suis entré en contact avec des styles de musique qui étaient nouveaux pour moi et j’ai pu travailler avec énormément de personnes différentes lors des sessions d’écriture.

Pour moi ce que je trouve décisif dans le fonctionnement de l’Académie c’est que vous n’êtes pas considéré comme un étudiant, mais comme un membre à part entière de l’industrie musicale. L’équipe surveille de près les progrès de tous les participants et ils ont vu à quelle vitesse je progressais. Ils m’ont fait confiance et m’ont donné de plus en plus d’opportunités. L’approche de l’académie est très personnelle”.

A la fin de l’année, Koehoorn s’est vu offrir un contrat dans la maison d’édition BMG Benelux.

« Maintenant, je fais beaucoup de sessions et de camps d’écriture, et j’ai la chance de rencontrer et de travailler avec des artistes d’horizons différents. Les premières chansons sur lesquelles j’ai travaillé sont maintenant sorties. Je peux maintenant me concentrer pleinement à l’écriture musicale”.

La connection française – Wisseloord Academy Paris

Comme aux Pays-Bas, une partie importante de l’Académie à Paris se situe autour des Studios.

En l’occurrence, l’un des endroits où les cours se tiendront est un tout nouveau studio qui vient d’ouvrir il y a quelques semaines : Artistic Palace au nord de la ville.

Réalisateur Pierre Guimard : « Je travaille encore sur les derniers détails mais nous recevons déjà beaucoup d’intérêt de la part de nombreux artistes. Par exemple, Charlotte Gainsbourg tourne ici depuis deux semaines”. Guimard croit également en la synergie avec Hilversum. « L’échange de participants en particulier signifie un tout nouveau groupe cible pour nous. »

Pour Julien Cholewa il en est de même. Il est directeur du centre culturel La Place au cœur de Paris où une grande partie des cours prendrons place.

Le centre qui se concentre sur la Culture Urbaine et HipHop dispose également d’un studio d’enregistrement, mais également de salles de concert qui sont particulièrement intéressantes pour l’Académie. « Cela signifie que l’Académie a un accès direct à de nombreuses opportunités de développement pour les élèves travaillant sur leurs projets live ainsi que pour les cours de production », explique Cholewa. De plus, la connexion internationale signifie beaucoup pour lui. « La musique parle une langue internationale et l’échange est vital pour la créativité. »

Ward Reijmerink : “En moins d’un an je suis devenu producteur a plein temps”.

Avant même le début de ses études à Wisseloord, l’auteur-compositeur, musicien et producteur Ward Reijmerink avait deux diplômes de Conservatoire.

Avec INKT (le groupe avec sa partenaire Frederike Palmen), il a pris un nouveau chemin lorsque Corona a chamboulé tous leurs plans. «Cela m’a incité à faire le saut vers une carrière de production à temps plein; mon agenda de concerts était vide d’un seul coup », déclare Reijmerink. En un an, il a atteint un niveau professionnel de production. « Vous apprenez comment les professionnels travaillent et comment vous pouvez appliquer ces techniques à votre propre musique. » Il voit la Wisseloord Academy comme un incubateur de talents offrant la possibilité de collaborer avec d’autres sur toutes sortes de styles de musique. « Plus vous consacrez de temps au développement de votre répertoire et à l’expansion de votre réseau, plus vous en retirez d’opportunités. En plus de cela les élèves qui montrent qu’ils prennent leur carrière au sérieux, sont également pris de plus en plus au sérieux”. A la fin de l’année, M.Berrabah et Erroll Antonie, A&R manager chez BMG Benelux, ont offert à Reijmerink de signer un contract d’édition avec BMG. « Cela signifie qu’en un an, je suis passé d’un musicien avec des emplois à temps partiel à un producteur de musique à plein temps.« 

GILAD ZUCKERMAN – Rappeur, Chanteur, Producteur, Artiste

J’avais 14 ans et j’étais assis sur la Place du Musée à Amsterdam quand j’ai compris voulais faire de la musique pour gagner ma vie. C’est fou que je me souvienne encore de ce moment et de cet endroit, mais c’était soudain clair pour moi : cela me rend heureux, je suis bon dans ce domaine et cela attire l’attention des personnes dont je veux attirer l’attention. Donc faire de la musique est idéal pour moi.

 

Je suis allé dans un internat en Israël quand j’avais 15 ans. J’avais peu de temps pour la musique là-bas et je n’avais pas non plus le bon équipement pour ça, comme des instruments ou un ordinateur portable. J’avais peu d’inspiration et il n’y avait pas grand monde qui jouait d’un instrument là-bas. C’est un peu pour cette raison que j’ai décidé de revenir aux Pays-Bas.

 

Je préfère travailler avec des gens qui n’ont pas peur de faire des erreurs. J’aime travailler dans une atmosphère où les idées et le plaisir stimulent le processus de création. La plupart des belles choses que j’ai faites jusqu’à présent viennent de ces moments. Pour moi, faire de la musique avec d’autres personnes est parfois plus naturel que de faire de la musique seul. Si je fais ça tout seul, je suis trop dur envers moi-même. Quand je travaille avec quelqu’un d’autre, je m’accorde l’espace que je donne à la personne avec qui je travaille.

 

Ici, à la Wisseloord Academy, je porte beaucoup d’attention au hip-hop et à la production musicale. Je me sens aussi à l’aise avec d’autres genres, mais dans la phase où je suis maintenant, je me discipline en choisissant. Ensuite, vous pouvez toujours aller dans de nombreuses directions avec le hip-hop. Vous pouvez vous distinguer dans la production, le tempo, le rythme, les accents, les sujets, les instruments. Je commence également à voir de plus en plus que j’apprends un savoir faire, un métier ici à Wisseloord. Je suis allé visiter pas mal d’écoles avant de m’inscrire ici, et j’ai très vite compris que les opportunités concrètes de ce réseau valent plus que n’importe quel diplôme en musique. Si vous n’écrivez plus pour vous-même, vous pouvez commencer à écrire pour les autres. Ou vous pouvez commencer à mixer les morceaux d’autres artistes ou les produire. Et toute cette expérience fait de vous un meilleur musicien qui vous aide à franchir de nouvelles étapes en tant qu’artiste. En fait, une grande partie de ce que je fais concerne la croissance personnelle.

 

Il y a de très belles âmes ici à Wisseloord, dont beaucoup sont aussi d’excellents musiciens avec des carrières hallucinantes. Personnellement je créé beaucoup par intuition et en utilisant mes oreilles. En écoutant attentivement. Je n’ai pas de grands projets et je ne sais pas combien de temps je vais continuer à faire de la musique. Maintenant, je me sens très heureux quand je fais de la musique et en ce qui me concerne, je continuerai jusqu’à ce que ce ne soit plus le cas.

 

Je suis tombé sur la Wisseloord Academy sur Instagram puis je suis allé la voir avec mes parents où le fondateur de l’Académie nous a montré toutes les options pour évoluer au sein de l’Académie. La première année, j’ai suivi le cours complet. Cette année, je plonge dans le développement live de mon projet.

 

Grace a Wisseloord j’ai aussi gagné un clip vidéo gratuit en partenariat avec une équipe vidéo super talentueuse pour mon EP intitulé ‘CUSP’ qui sortira bientôt. ‘CUSP’ signifie ‘tournant’ ou ‘moment de changement’. Mes chansons sur CUSP parlent de ces moments. Il s’agit de ne jamais être satisfait, peu importe à quel point je travaille dur. D’accepter que les choses n’aillent pas aussi vite ou qu’elles se déroulent exactement comme vous le souhaitez. D’être au moment du changement, dans le processus. Et de profiter de ça. C’est important pour moi.

ZIXTEN WEIJSTERS – Producteur, Compositeur, Musicien

Il y a deux ans, j’étais dans une période de ma vie où j’avais l’impression de ne pas avoir de direction. Les choses que je faisais ne me donnaient pas beaucoup de satisfaction. J’avais l’impression de ne pas avancer, je ne travaillai pas vers quoi que ce soit jusqu’à ce que je trouve un cours de débutant pour Ableton et que je me dise : « Pourquoi pas? ». En écoutant et en faisant de la musique, un tout nouveau monde s’est ouvert à moi.

 

J’ai cherché des moyens de me développer, j’ai trouvé l’Académie sur Google,  j’ai rencontré Malik et lui ai dit : je n’ai peut-être pas encore les même compétences musicales que les autres participants ici, mais j’ai une forte motivation et je veux travailler dur pour cela. Il a apprécié cela et m’a donné une chance. J’ai été admis à l’Académie et j’ai suivi un « Cours complet » en première année. C’était la bonne décision car j’ai appris énormément, et ceci de tous ceux que j’ai rencontrés à Wisseloord – musiciens, techniciens, gens de l’industrie et autres participants. Ce qui est si spécial dans ce lieu, c’est que nous avons tous la même passion pour la musique.

 

Le début de l’Académie a été assez difficile, car même si j’étais très curieux, j’ai aussi dû apprendre beaucoup de choses en partant de rien. Après avoir partagé mes difficultés avec l’équipe à quelques reprises, j’ai réalisé que ce n’était que le début du reste de ma vie et de ma future carrière. Maintenant, je le sais avec certitude : je veux faire ça pour le reste de ma vie.

 

Je viens d’une famille de musiciens où mon père jouait dans un groupe et j’ai eu des cours de piano quand j’étais enfant. Pendant mon adolescence, j’ai arrêté de jouer et je n’ai rien fait avec la musique pendant un certain temps. Maintenant, je reprends des cours de piano – entre autres cours à Wisseloord – et je recommence à aimer jouer. Ces leçons m’ont appris que j’avais aussi des histoires à raconter, et que je souhaites les partager avec le monde. Alors je les écris et je crée chaque jour de plus en plus d’œuvres qui me ressemblent.

 

J’espère que la musique m’emmènera à travers le monde car j’aime rencontrer de nouvelles personnes et être influencé par toutes sortes de genres de musique. En ce moment je crée un EP avec Petra, une chanteuse Slovaque, que j’ai rencontré à l’Académie. Nous avons trouvé un concept authentique où elle est l’artiste et je la produis.

 

Je m’intéresse aussi de plus en plus à la musique de films et de jeux vidéo. Je pense que la Wisseloord Academy est un excellent moyen de découvrir quel est votre parcours. J’ai appris que je pouvais aller dans de nombreuses directions, au sein de l’industrie. Je m’améliore chaque jour. La vie continue son cours.

ARON HANNES – Chanteur, Musicien, Auteur, Compositeur

Je fais de la musique depuis 10 ans maintenant et j’ai sorti quelques singles « POP » qui ont eu du succès. J’ai également fait partie de l’Eurovision en Islande. Mon genre préféré maintenant penche plus vers le R&B et la Soul. Ma vision est de contribuer à la continuité de ces genres et d’apprendre à penser comme Stevie Wonder et d’autres grands musiciens de ce style.

 

Je suis né et j’ai grandi en Islande. Dans notre maison il y avait toujours et partout de la musique. Mon père était batteur et ma mère est chanteuse. Elle m’a appris à utiliser ma voix comme un instrument proche de moi. Nous écoutions beaucoup de musique à la maison – Fleetwood Mac, les Beatles, Dolly Parton, Céline Dion. Nous avons aussi beaucoup chanté chez moi. La musique en Islande parle souvent de la nature et a de belles mélodies. Je pense que c’est vraiment caractéristique de la musique que nous faisons par essence et je suis fier de ce côté expressif.

 

J’ai suivi ma copine aux Pays-Bas en 2018, car je voulais élargir mon réseau musical. En ce qui me concerne, ceci à été un des meilleurs choix de ma vie. Je me suis retrouvé à la Wisseloord Academy et j’y ai commencé le Cours Complet. A Wisseloord, j’ai appris à travailler sur de nouveaux angles pour ma musique avec du matériel haut de gamme, la crème de l’industrie, tout ca dans un environnement rempli d’histoire et de musique.

 

J’ai déjà un réseau très étendu au niveau international et l’expérience nécessaire, mais musicalement j’essaie de recommencer ici. Pour trouver ma propre voix. Me réinventer en tant qu’artiste. Par exemple, j’essaie de creuser plus profondément lorsque j’écris des paroles. Et je pense à des choses comme des œuvres d’art; quelle image je veux représenter en tant qu’artiste, etc… J’ai été chaleureusement accueilli ici par d’autres musiciens et j’aime voir avec quelle générosité les gens de Wisseloord partagent leurs connaissances et leurs réseaux. Malik connaît de nombreuses artistes, producteurs, professionnels de l’industrie dans le monde entier et peu créer des opportunités extraordinaires pour les talents qui l’entourent.

 

Si vous comparez l’Islande avec les Pays-Bas, vous verrez que la Dance Music est très prédominante. C’est bon à regarder et à apprendre, car en Islande, ce genre n’est pas si important. Je suis venu ici avec des objectifs précis et je suis content des progrès que je fais. Un premier résultat est l’EP qui sortira plus tard cette année, signé chez Universal Music Danemark. Ma prochaine étape est de rester inspiré, d’expérimenter et d’élargir mon catalogue avec de nouvelles oeuvres. Je suis également a deux doigts de signer avec un éditeur musical que j’ai rencontré pendant les masterclasses de l’Académie.

Ole Pedersen – Artiste, producteur, musicien, designer

L’idée de suivre un Cours Complet à la Wisseloord Academy est venue de ma mère. Après le lycée, je suis venu de Bonaire en Europe parce que ma mère était malade et j’ai décidé de rester ici. Elle voulait que mes études avancent et je ne cherchais pas vraiment. Elle pensait que Wisseloord Academy était exactement ce qu’il me fallait et elle avait raison. Pour moi, Malik a été le facteur décisif. Il a insisté sur le fait que je devais principalement être moi-même et ne m’inquiéter de rien d’autre.

 

J’ai décidé de faire le Cours complet à l’Académie et je suis immédiatement allé habiter sur le ‘Campus’. J’étais nerveux, car c’était nouveau et c’était la première fois que je partais vivre seul. Ce fut une année très instructive pour moi avec beaucoup de musique et de nouveaux amis. J’ai énormément appris, par exemple de mon nouvel ami Joe, qui est le manager technique des Studios.

 

J’ai vécu sur un bateau pendant 15 ans et j’y ai joué beaucoup de musique avec mon frère. Notre première chanson parlait des dinosaures. Il ne m’est alors jamais vraiment venu à l’esprit d’essayer de vivre de mes talents musicaux. Donc je ne peux pas dire que c’était mon rêve. Je ne suis pas ce genre de rêveur. J’ai appris ici que créer des choses est un processus très gratifiant et que je suis vraiment doué pour ça. Alors maintenant, je veux faire quelque chose de beau tous les jours. Pour être honnête, je n’aime pas tout ce qui concerne la partie business de la musique – comme le côté commercial. C’est peut-être aussi parce que je ne suis pas doué pour ça. Ceci dit, j’ai aussi appris à m’entourer de gens qui peuvent completer les talents que je n’ai pas. Dans beaucoup d’écoles « professionelles » de musique, ils nous disent que c’est important de devenir un business man. Pour moi c’est un mensonge. A Wisseloord j’ai appris qu’il est bon de comprendre les mécanismes du business, mais qu’il est bien plus important de devenir bon dans notre vrai talent et de s’entourer de gens bienveillants qui peuvent completer notre talent avec le leur. C’est une vision que j’embrasse totalement.

 

Tout ce que j’aime faire maintenant a à voir avec la création. Je chante, je peux bien produire et travailler rapidement sur mon DAW (Digital Audio Workstation), je peux sampler de façon unique et faire des beats. En ce moment je me concentre de plus en plus à jouer des instruments comme le piano, la batterie et la basse. Ce que j’aimerais pouvoir faire mieux, c’est finir les choses plus rapidement en sessions avec des artistes. Grace a l’Académie j’ai quelques opportunités qui se dessinent à New York, mais je dois encore progresser pour être au niveau car la scene rap là-bas est beaucoup plus stricte qu’en Europe. Pour moi, une grande partie de l’énergie disparaît quand quelque chose prend trop de temps. J’aime aussi beaucoup créer des « visuels », tels que des clips vidéo ou des artworks. J’adore aussi regarder Winnie l’ourson. L’image – tout comme la musique – est aussi une forme de « storytelling ». Pour moi, la musique c’est du mouvement et le mouvement peut être agrémenté d’images.

Ralph Moerman – Artiste – Gagnant The Voice Kids

« L’écriture de chansons est spéciale pour moi. Tout commence par un idée simple. Ensuite, il suffit d’écrire un texte et trouver quelques accords. Et tout cela se transforme en une histoire que les gens écoutent. Fascinant… » Mon rêve est de ‘percer’, d’être entendu et de « marquer » mon publique avec des chansons qui me rendent heureux. Avec des amis de mon club de football, j’ai fait parti d’un groupe pendant des années qui jouait principalement des reprises. Le groupe s’est séparé récemment, mais j’ai adoré jouer avec eux pendant tant d’années. J’ai toujours su que la musique était quelque chose de spécial pour moi et que c’est quelque chose qui me passionne.

 

Il y a quelques années, j’ai gagné The Voice Kids et j’ai ensuite constaté à quel point j’adore d’être intensément impliqué dans la musique. Depuis cette expérience, je sais avec certitude : je veux jouer et écrire mes propres chansons. J’ai commencé à la Wisseloord Academy avec les cours ‘L’art de la création, composition et production’ et ‘Production musicale MAO’. Maintenant, j’écris et je chante mes propres chansons et j’enregistre mes propres démos. Exactement ce que je voulais.

 

J’ai déjà enregistré beaucoup de démos mais je n’ai pas encore sorti de matériel. C’est en partie parce que je suis assez perfectionniste. Je sens que mes chansons s’améliorent, donc le moment où tout le monde pourra les entendre se rapproche. J’attends déjà avec impatience le spectacle que moi et d’autres étudiants de Wisseloord préparons pour les invités de l’industrie en fin d’année. Les étudiants du Module ‘Développement de la performance scénique’ – un cours que j’ai commencé à suivre cette année – ont la chance de se produire sur la scène nationale de la ville.

 

Le climat pop néerlandais est très actif. Personnellement, je suis très ambitieux et j’aime créer des histoires surprenantes et des chansons spéciales du mieux que je peux. Personellement je préfère chanter en anglais. Je trouve les chansons de John Mayer, Ed Sheeran ou Finneas o’Connell et Billie Eilish inspirantes à écouter.

 

Je m’accompagne en chantant au piano et à la guitare. Juste avant cette interview, j’ai fini les paroles d’une nouvelle chanson ‘Girl On The Train’. J’en suis tellement content que j’ai décidé d’aller en studio cet après-midi pour l’enregistrer. Je viens également d’acheter un nouveau micro, que j’ai pu obtenir avec une remise grâce à Wisseloord. Il y a toujours un point de bascule lors de la création d’une chanson. On peut rapidement se perdre à trop analyser. Il y a un moment où il faut laisser filer et accepter le résultat.

 

Je pense que la Wisseloord Academy est un endroit formidable avec d’excellents professeurs. J’ai beaucoup appris et j’ai aussi rencontré pas mal de monde. Vous sentez que Malik et son équipe, connaissent l’industrie de la musique de fond en comble. Des artistes ou producteurs des Pays-bas, de Paris, Ibiza, Los Angeles… des rencontres qui prennent normalement des années à faire et développer. Travailler avec d’autres étudiants est également très instructif. Vous en tirez toujours des leçons, peu importe qu’il y ait un déclic avec les personnes avec qui vous travaillez ou non.

Lena Marguerite – Chanteuse, Compositrice

« Quand j’avais 13 ans, j’ai commencé à jouer du ukulélé et quand j’ai eu 14 ans, j’ai décidé d’apprendre la guitare acoustique et électrique. En ce moment, j’essaie d’étendre mon language créatif au piano et à la basse. Depuis toute petite, j’ai été obsédée par toutes sortes de musiques. J’ai beaucoup chanté et dansé quand j’étais enfant et j’ai aussi joué du violon pendant un certain temps. Pendant 7 ans, j’ai pris des cours d’instruments, ce qui m’a ammené à jouer dans des grandes salles locales.

 

J’aime créer des chansons avec des mélodies riches et surprenantes et des paroles de « comtes ». Mes paroles sont souvent assez sombres et vraiment personnelles. Cela m’aide à regarder mes problèmes sous un autre angle. Ma musique n’est pas très optimiste mais j’espère que c’est quelque chose que d’autres personnes peuvent comprendre. Qu’ils se sentent compris et moins seuls dans leur situation personnelle. On pourrait dire que je fais de la pop alternative avec des influences diverses allant de la musique classique au rock. Pour moi, le genre n’a pas d’importance si cela fonctionne pour l’histoire.

 

En ce moment, j’essaie de trouver des moyens où la musique peut soutenir ma voix. J’écris toujours en anglais pour moi-même. Je suis inspiré par Alice Phoebe Lou, Gracie Abrams et Isaac Gracie. Surtout Isaac Gracie qui à une voix vraiment spéciale avec laquelle il ajoute quelque chose d’unique à sa musique.

 

Il y a 1 an et demi, je suis entré en contact avec Malik par le biais d’un concours national de musique, pour lequel j’ai envoyé une chanson originale sur mon ukulélé. J’ai décidé d’utiliser une «année sabbatique» pour suivre un Cours Complet à la Wisseloord Academy. Mes leçons préférées concernent le « développement pour le Live », où nous travaillons en petit groupes ou de façon individuelle. Un élément important est la performance, mais nous travaillons sur de nombreux points comme le language corporel ou respiration par exemple.

 

Je n’ai pas encore établi beaucoup de liens étroits créatifs avec d’autres personnes pendant les cours de collaborations, mais j’aime vraiment travailler avec des personnes différentes. Je veux vraiment faire de la musique mon travail. Je produis mes propres démos dans Logic depuis l’âge de 15 ans. Maintenant, je cherche un producteur qui peut m’aider à faire passer mes démos au niveau supérieur, afin que je puisse commencer à les sortir. Au sein de l’académie, l’équipe commence a mon connecter de plus en plus avec des producteurs internationaux, et j’espère pouvoir finir de définir mon son dans les prochains mois.

 

Pour terminer le module de développement scénique, nous organisons un spectacle sur la scène nationale « De Vorstin ». Les étudiants de ce Module doivent organiser une grande partie de l’événement. Malik invitera des gens de l’industrie musicale européenne. C’est vraiment excitant. Je veux sortir mon premier EP à la fin de cet automne. Il sera composé d’une intro et de 5 chansons, dont les 3 premières chansons forment une sorte de groupe. Mes chansons se terminent souvent de manière assez grandiloquente et j’adore les interpréter intensément. C’est vraiment agréable quand une chanson s’ouvre à la fin. »

Sander Visser : Musicien, Artiste

Pour moi, la musique est un moyen de communication. Une langue comme aucune autre langue qui peut exprimer des émotions, des images et d’autres choses intangibles. (…) « Mes parents m’ont tous les deux élevés avec leur propre culture. Beatles et Pink Floyd pour mon père, et pour ma mère, le jazz, le théâtre et le bénévolat. Au lycée, je portais toujours des écouteurs. La musique m’a transporté dans un univers alternatif.

« J’ai acheté une batterie quand j’avais 14 ans. Peu de temps après, j’ai acheté une guitare pour ne pas empêcher les voisins de dormir. À cette époque, j’ai aussi commencé à jouer dans un groupe. Un peu plus tard, j’ai découvert que la scène est un endroit où l’on peut être la version la plus franche de soi-même.

« Bien que j’ai toujours été impliqué dans la musique, j’avais trop peur de poursuivre mes études musicales. Je pensais qu’obtenir un diplôme en économie laisserait toutes mes options ouvertes. Un choix rationnel mais aussi basé sur la peur. Ce n’est que lorsque j’ai commencé à travailler dans la finance et que j’ai connu l’épuisement professionnel que j’ai su que je marchais sur une route sûre, mais avec une impasse. Maintenant que j’ai plus d’expérience de vie, je comprends qu’il n’y a pas de ‘Plan B’ pour moi et que je ne peux suivre qu’un seul chemin : le chemin de la musique.’

«Suivre un cours à la Wisseloord Academy semblait être un bon endroit pour rencontrer des gens motivés, comme. J’étais déjà autodidacte en théorie et technique, et j’ai appris la production musicale tout seul. La Wisseloord Academy m’a attiré car le programme est au cœur de l’industrie musicale européenne. Les cours sont très personnels et parce que vous collaborez avec une variété de personnes, tout en construisant un réseau diversifié. »

« Cette année, j’ai beaucoup appris sur moi-même en tant qu’artiste et en tant que personne créative. En collaborant avec d’autres participants et en discutant avec des enseignants, j’ai découvert ma propre « voix ». Une chose que j’ai apprise dans les cours de musique de l’Académie, c’est que j’avais tendance à être obsédé par le résultat final. Je ne m’autorisais pas un processus approprié d’expérimentation. Cela a bloqué une grande partie de ma créativité pendant des années. Et tout cela s’est totalement retourné à la fin du premier trimestre pour moi ou tout s’est ouvert d’un coup.

« Certains jours, rien ne se passe, alors que le lendemain, j’ai soudainement un titre très puissant entre les mains. Quand je repense aux dernières semaines, j’ai produit plus de musique que jamais auparavant. Je suis enfin en train de me créer un chemin en tant qu’artiste. (…) « En fait, Wisseloord et en grande partie Malik m’a fait découvrir qui je suis et comment je peux revenir à cette personne. Cela peut sembler vague, mais pour moi, c’est très clair ».

‘Actuellement, je travaille sur un concept pop indépendant : ‘People Call Me Jasper’. L’idée est venue d’une classe de business ici, et j’ai décidé de prendre cette idée et de courir avec. Le concept consiste à se concentrer davantage sur les choses les plus légères de la vie.

Pour plus d’informations sur Sander Visser : https://www.instagram.com/itssandervisser

 

NederlandsEnglish